Noah denkt™  -
    Projet pour l’évaluation philosophique de l’économie
You need Java to see this applet.
À propos de ce site
Questions et Réponses, publiquées le 12 de octobre 2007
------------------------------------------------------------------------------------------

Q: De quoi ce site s’agit-il ?
R : Noah denkt™ se bat pour la démocratisation de la spéculation économique.

Q : Pourquoi Noah denkt™ le croit-il nécessaire de s’engager ainsi ?
R : Parce que c’est à cause de l’absence d’un vrai public boursière que le capitalisme s’est pu convertir dans le bête sauvage qu’il
est aujourd’hui.

Q : Comment ca ?
R : Parce que le manque de participation générale dans les débats stratégiques et financièrs laisse le place aux convictions
simples et superficielles lesquelles, de son côté, resultent dans une pression conformiste qui est ni suffisament productive, ni
suffisament créative.

Q : Je ne vois pas comment on peut dire que les stratégies financières ne sont pas le suffisament diverses et que l’économie du
marché n’est pas le suffisament productive. Après tout il y a un tas des transactions variées dans les marchés. Et en plus tout cela
mêne à une productivité chaque fois plus étonnante.
R : Alors, il se peut qu’il y a maintenant une productivité impressionante. Mais toute cette croissance n’est pas suffisente pour
substantiellement reduire le chomage dans les pays developpés.

Q : Qui, c’est ça. Mais la persistance du chomage n’est pas la faute d’un manque de productivité. C’est plutôt la faute des coûts de
travail que le chomage ne se reduit pas.
R : Et puis, qu’est-ce qu’il faut faire à ton avis pour ressoudre ce problème ?

Q : Ecoute, c’est évident, ce qu’il faut faire. Il est indispensable de baisser les salaires, et il faut en plus reduire les coûts sociaux
pour pouvoir être plus competitive dans un contexte mondial ?
R : Mais, n’a-t-on pas déjà baissé les salaires réelles. Et n’est-ce qu’on n’a pas déjà déreguler l’économie sans que tout cela
auraient eu le résultat desiré ?

Q : Si certes, mais ces réformes n’ont pas été suffisentes. Ce qu’il faut c’est une initiative gouvernementale qui est beaucoup plus
décisive et courageuse que celle qu’on a vu jusqu’ici. Car trop dûre est la concurrence, sûrtout des pays asiatiques, qu’on se
pourrait y maintenir sans avoir mobilisé toute sa détermination.
R : Et alors, tu penses qu’une telle radicalité gouvernementale peut changer les enjeux suffisament pour guarantir la compétitivité
de nos pays ?

Q : Absolument !
R :  Ben, il faut admettre que Noah denkt™ ne croit pas qu’ une telle approche dirigiste peut avoir le succès envisagé. Car trop
encharnée serait la résistance publique contre un tel project que n’importe quelle gouvernement démocratique pourrait réussir
ainsi. Non, à notre avis, la seule solution pour ressoudre les problèmes écomomiques des pays de l’ouest, c’est l’augmentation
spéctaculaire du taux d’innovations. Parce que ce ne sont que ces innovations qui peuvent produire les nouveautés
technologiques avec lesquelles nos économies se peuvent refinancer. Et par conséquence, ce n’ est qu’une mentalité
avantguardiste que peut sauver notre niveau de vie. Car trop grande est la différence des prix entre l’est y l’ouest, (et trop
adaptables sont les économies de l’est) que l’on pourrait s’en débarasser sans avoir mobilisé une génialté extraordinaire.

Q : Et c’est plus réaliste de croire qu’une productivité déjà élevée peut être augmenter encore plus jusqu’à ce qu’elle est capable
tant de payer les salaires actuelles que de réduire le chomage ?
R. Bon, on sait que cela ne va pas être facile, mais on croit quand même que ça peut être atteint.

Q : Et comment ?
R : En surmontant le snobisme élitaire et en établissant une égalitarisme qui peut vraiment croire à la capacité des gens de se
former ses propres opinions raisonables, -  même dans les affaires d’investissements financières ?

Q : Mais, n’est-il pas un peu optimiste de croire que tout le monde peu être un spécialiste des affaires boursières ?
R : Peut-être, c’est trop optimiste de croire que chacun peut être un spécialiste financier. Mais il n’est pas optimiste de croire que
beaucoup plus de gens peut s’emanciper dans la spéculation financière qu’en le pensent possibles les spécialistes établits.

Q : Et pourquoi cette majorité silente ne s’est-elle pas déjà engagée plus fortemente dans les affaires boursières ?
R: Parce qu’il lui manque les outils necessaires pour vraiment pouvoir développer une confiance solide et compétente dans ses
propres opinions et intutions.

Q : À quoi vous réferez-vous ?
R : On se refère, pour le dire une fois de plus, à l’absence d’un débat publique et tansparent qui permet à chacun de s’informer
facilement des stratégies et perceptions qu’on discute actuellement dans les affaires économiques.

Q : Ben, je n’entends pas cet argument du manque d’un débat publique. Après tout il y a déjà un tas de médias economiques qui
reportes sur les évènements boursières. Et par conséquence, je ne vois pas comment on peut dire, que les outils nécessaires ne
sont pas disponibles pour se former des opinions propres. Car trop les médias s’y sont-ils engagés qu’on pourraient toujours les
accuser de ne pas avoir fait le suffisent.    
R : Alors, il est certes que le médias ont intensifié les reportages économiques. Mais malheureusement sa manière de relater les
évènements respire la même pris scientifique, que les représentants des banques laissent entendre aussi. Et ainsi ce n’est pas
surprenant que la plupart des gents ne s’interesse toujours pas pour les informations qu’on leur donne. Car trop les a-t-on fait
comprendre qu’il faut avoir une formation spéciale pour réussir dans le monde de la finance, qu’ils se puissent toujours motiver
pour s’en méler.

Q : Mais ne faut-il pas avoir cette « pris scientifique » pour vraiment pouvoir interpreter l’economie bien? Après tout l’analyse des
affaires financières relève en gran partie de la science. Et ainsi il est plutôt logique que sa discussion paraît un peu specialisée.
Car trop est-elle fondée sur la connaissance des contextes qu’on peut s’en méler sans y avoir être introduit en avant.
R : Personne ne dispute qu’il faut avoir un minimum d’informations pour pouvoir être competent dans ce domain. Mais cette
information n’est pas aussi complexe y abstracte que les spécialiste nous le laissent croire. Car trop est-elle au font une affaire de
reflexion individuelle et de compréhension social d’interpréter les marchés correctement qu’il faut laisser entendre maintenant que
les profanes n’y peuvent pas réussir.  

Q : Mais n’est-il pas une simplication inédite de prétendre que l’économie est une chose peu complexe ? Après tout il y a toute une
science autour de l’économie. Et par conséquence il est peu probable qu’un non-initié la peut interpréter bien. Car trop cette
science est-elle etablit que l’on pourrait maintenant disputer son importance.
R : Bon, on ne dispute pas l’importance de la science de l’économie. Mais l’importance de cette science vient plutôt de l’analyse
retrospective que de la spéculation prospective. Car trop est-il une affaire de hypothèse individuelle qui determine l’évaluation de l’
avenir qu’on y pourrait réussir sans avoir appliqué sa réflexion personelle. Non, quelqu’un qui veut spéculer bien nécessite d’
abords une indépendance philosophique. Et par conséquence il ne peut pas déleguer la résponsabilité pour ses affaires à la
calculation modelère des économistes. Car trop aurait-t-il dans ce cas-là automatisé ses opinions, qu’il pourrait présumer
maintenant que ses investissements se vont multiplier d’une manière soutenable.

Q : Mais qu’est-ce qu’il est le problème avec ces models économiques ?
R : Ces modèles sont trop quantitatives pour pouvoir s’adapter bien à la volatilité des marchés mondialisés. Car trop ses
approches sont-elles standardisées qu’elles pourraient éscompter suffisament les impondérabilités de la nature humaine.

Q : Alors, Noah denkt™ pense qu’il faut être un philosophe pour pouvoir spéculer avec succès dans ce monde complexe ?
R : Qui c’est ça.

Q : Et, par conséquence Noah denkt™ pense, que beaucoup de monde puisse convertir en philosophe ?
R : Absolument. Parce que notre manière de philosophie n’exige pas une formation académique, mais reste sûrtout sur le bon
sens humain. Car trop peut-elle croire à la capacité de l’homme de raisonner pour soi-même qu’elle la veut détourner maintenant
par une théorie innécessaire.

Q : Et comment est-ce qu’on peut animer les gens à développer ce sens commun et cette indépendance intuitive ?
R : Par l’exemple personnel. Car ce n’est que la manifestation individuelle qui peut encourager les gens à surmonter leur
scépticisme. Et, par conséquence, ce n’est que la courage personnelle qui peut amener les autres à découvrir leur propre
indépendance. Car trop y ont-ils experiencé une confiance raisonnée maintenant qu’ils pourraient toujours résister à sa charme.

Q : Conséquamment, Noah denkt™ prétend que les experts bancaires n’ont pas suffisament montrer leur indépendance intuitive
jusqu’ici ?
R. C’est ça. Car trop ont-ils cachés leurs personalités derrière des conventions chiques que les gens auraitent été capable à y
découvrir les leurs.

Q : Bon, supposons que l’exemple personnel peut vraiment initié un débat financier plus animé et transparent, pourquoi tout cela
va-t-il resulter dans uns taux d’innovations plus élevé ? Et pourquoi tout cela va-t-il entraîner une reduction forte du chomage ?
R : Parce qu’un débat financier plus général diminuera les pressions inflationaires et conformistes. Et ainsi plus de capital va être
disponible pour financier les projets innovatives. Car trop a-t-on individualisé les perceptions maintenant que tout cela ne va pas
entraîner une experimentation plus courageuse au sein des entreprises.

Q : Ecoutez, cette conclusion me paraît assez mystique ?
R : Non, non, pas du tout.  
Parce qu’une discussion plus egalitères va reduir l’effet soi-disant des conventions d’usage. Car trop a-t-elle questionné ses
raisonnements que tout cela ne va pas resulter dans une application plus adroite de ces principes.

Q : Alors, Noah denkt™ pense que, c’est plutôt le manque de franchise dans le secteur financier qui cause le manque d’
avanguardisme dans l’économie générale ?
R : Absolument. Parce que c’est de la repartition du capital dont emane la force plus influente de nos économies. Et par
conséquence c’est aussi dans ce champs-là où il faut s’entraîner le plus. Car trop dependons-nous de la génialité des
perceptions financières qu’on pourrait l’augmenter sans
s’y avoir contribué la sienne.

Q : Et comment Noah denkt™ veut-il contribué à l’augmentation de la génialité financière ?
R : Par la publication des commentaires economiques qui se tâchent d’être plus précises qu’en le sont ceux des spécialistes
réguliers. Car trop va-t-on pouvoir montrer ainsi que le sens commun est supérieur qu’il faut en douter maintenant sa capacité d’
entraîner des profits substantiels.

Q : Comment Noah denkt™ financie-t-il cette campagne publicitaire?
R : Par la vente du livre de son créateur.

Q : Qui est le créateur du Noah denkt™ et quel est le livre dont se parle ici ?
R : Le créateur de ce site s’appelle Wil Leonards et le livre en question c’est le «
Businessplan : Existenzphilosoph ».

Q : Et c’est un tître allemand ?
R : Qui, comme son auteur, tout cela est un produit allemand.

Q : Et alors, le livre n’est pas disponible en français?
R : Non, pas jusqu’ici.

Q: Est-ce qu’il est projeté de traduir ce livre en français?
R: Disons, on serait ouvert à la traduction du livre. Mais, comme on peut deduire de notre français ici on ne se sent pas capable de
le faire à nous-même.

Q : Alors, est-on ouvert à la vente des droit de distribution internationale de ce livre ?
R : Absolument, si les parties interessées sont prêtes à honorer d’une manière proporcionnée les efforts qui se sont déjà
dégagés jusqu’ici.

Q : À qui faut-il se diriger dans ce cas-là ?
R : Dans ce cas-là, il faut se diriger au propriétaire du
Landei Selbstverlag, Wil Leonards. Son addresse électronique est
wil@noahdenkt.com ou wil@landeiselbstverlag.com.
__________________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________________
Note :  On sait qu'on n'a pas peu maltraité la langue de Racine y de Balzac ici. Et c'est pourquoi, Noah denkt™ et son créateur
demandent pardon à toute la communauté francophone. Si on s'est jeté quand même dans cette aventure ce n'est que pour avoir
une chance de pouvoir pratiquer votre langue merveilleuse.